Vers une post-cosmétologie?

PUBLICATION // CREATION GRAPHIQUE

Vers une post-cosmétologie, 2018, éd.ESPACES.REGARDS Petit manuel d’usage et d’entretien de soi à l’ère de l’urgence écologique.

POST-COSMETOLOGIE

Ce guide est une porte d’entrée dans une cosmétique différente, pensée pour être durable et économique, saine et efficace, tout en restant agréable. Le nombre de matières premières,100% naturelles, est limité, réduisant de facto les déchets et simplifiant les gestes et opérations. C’est un pied de nez à l’industrie cosmétique et pharmacologique. Il est divisé en 2 parties distinctes : 1. Dans le carnet principal, une introduction suivie d’un lexique expliquant le pourquoi et le comment des ingrédients et des gestes. 2. Dans le petit carnet (détachable), trois tableaux récapitulatifs (corps / visage / cheveux) reprenant les gestes de base et les produits nécessaires pour toutes et tous. Deux expertes, Louise Dimanche, herboriste, et Aline Assoudrian, pharmacienne, ont accompagné le projet et transmis leurs secrets.

POST-COSMETOLOGIE

Derrière son titre ambitieux, VERS UNE POST-COSMÉTOLOGIE ? propose un programme minimal de rituels et une gamme limitée d’ingrédients naturels pour prendre soin de soi, de la tête au pieds. Avec l’aide de deux expertes, ce guide, tant synthétique qu’accessible, s’attache à faciliter la transition vers une cosmétologie écologique, composée d’ingrédients uniques, à mélanger ou à employer purs, aisés à trouver et à utiliser. Une transition envisagée avec douceur, en remplaçant un à un les produits terminés, en s’accoutumant d’une nouvelle gestuelle et en laissant à sa peau et ses cheveux le temps de s’adapter, sans oublier la volupté de l’art de la toilette. La post-cosmétologie, ne serait-elle pas un retour à la simplicité d’hier mêlée aux nécessités d’aujourd’hui ?

POST-COSMETOLOGIE POST-COSMETOLOGIE

«L’envie d’écrire sur un sujet qui ne m’est pas familier est venue d’une prise de conscience suivie d’un changement progressif de mes habitudes cosmétiques. J’ai toujours veillé à prendre soin de ma peau, d’abord parce qu’elle est capricieuse, ensuite parce qu’elle est une protection entre le monde et soi, - l’illusion que plus elle est lisse, fraîche et sans aspérité, plus elle en repoussera l’intrusion. C’est évidemment une vision très personnelle. Il y a plein d’autres bonnes raisons de la préserver, à commencer par le désir de soigner son apparence, premier interface de communication. Mais pas à n’importe quel prix. C’est à dire sans la polluer avec des produits chimiques, affirmés ou cachés, dont les conséquences sont plus ou moins néfastes pour l’environnement et pour sa santé.»

Photographies : © Florence Marchal

Liens : HERBORISTERIE DE LOUISE ALINESSENCE ESPACES.REGARDS