Génération Parade

PUBLICATION

Ecologik (Magazine trimestriel) N°64_Décembre.Janvier.Février 2019-20

(Initiation au design durable par le biais de « news » dans la revue EK)

ECOLOGIK

Au dire de Paola Antonelli, « les designers peuvent faire en sorte que la fin de l’humanité soit encore lointaine et élégante ». Interviewée par Le Monde, suite à sa participation au jury du Grand Concours du Design Parade 2019 à Hyères, la conservatrice du département d’architecture et de design, directrice de la R&D du Museum of Modern Art à New York, rappelle que le design est un acte politique empreint d’une responsabilité dans le devenir de la planète. Cette dimension éthique et plastique qu’elle évoque est parfaitement visible dans la production des 10 finalistes internationaux, sélectionnés sur 300 dossiers et présentés cet été dans le décor magistral de la Villa de Noailles. Des travaux de fin d’étude ou premières créations pour la plupart, la quinzaine de projets exposée dans la relative fraicheur du sous-sol de la villa impressionne par son ingénue ingéniosité. Des objets simples et efficaces qui évoquent un retour aux sources, le contact avec la nature, l’histoire d’un peuple ou le travail manuel traditionnel, démontrant que cette jeune génération de designers s’est construite avec la restriction de matières premières et le constat alarmant de la gabégie des énergies, causes et conséquences du changement climatique. Ils pensent tout autrement le design, avec comme principal objectif notre adaptation, voire la réparation de notre environnement.

L’ensemble des objets présente une grande cohérence, non dans le style formel relégué au second plan, mais dans la volonté de chercher des solutions techniques, et non technologiques, pleines de bon sens pour résoudre les problématiques actuelles. Et si on regrette l’absence de cartel explicatif et par là-même, pédagogique, tant sur place que dans le catalogue, on saisi néanmoins que chaque projet a un sens, une utilité et une fonction et qu’aucun geste n’est gratuit ou simplement décoratif. En réponse aux canicules de plus en plus fréquentes, Maxime Louis-Courcier (France) revisite l’humidificateur et le climatiseur, et conçoit deux nouvelles versions reposant sur les lois de la physique et ne nécessitant aucun apport électrique (mention spéciale du jury). Dans la même veine, Marie-Marie Dutour (France) interroge l’utilité du chauffage central lorsque suffit un apport calorique ponctuel en imaginant un chauffe-main de table pour une pause café réconfortante ou un siège en forme de bouée recouvert de laine qui interfère avec la propre chaleur du corps. Dans un esprit d’éthique à la logique non commerciale, Simón Ballen Botero (Colombie) rend un espoir d’autonomie à une communauté conditionnée par le colonialisme en réalisant deux projets, dont l’un en collaboration avec des artisans locaux et incluant le recyclage des résidus miniers habituellement rejetés dans les rivières. Grégory Granados (France), quant à lui, fait de la musique un bien commun, partageable par tous, avec son projet Step, grand prix du Jury. Il est ainsi évident que ces nouveaux concepteurs s’intéressent davantage aux processus de production qu’aux produits en eux-mêmes, comme le démontre la Série 6000, réalisée par Leila Desrosiers et Charlotte Barbeau Desjardins (Canada), faite de retailles d’extrusions d’aluminium directement récupérées dans les rebuts d’une entreprise de la périphérie montréalaise.

ECOLOGIK

C’est une toute autre forme d’avant-gardisme qui s’impose ici, loin de l’esthétique aseptisée et bio-technologique mise en scène à l’étage par leur aîné, Mathieu Lehanneur, designer de renom, représenté tant au MoMa que dans les galeries. Car, malgré un souci commun d’écologie, la différence est de taille et réside dans la remise en question du design même, au-delà d’actes de mitigation et jusqu’à la résilience. Mais que pouvions-nous attendre d’autre des hôtes dont la personnalité hantent encore la villa ? Un temps d’arrêt sur ce qui se fait de plus pointu aujourd’hui, mélange de vernaculaire et d’artisanat contemporain, de slow & restorative design, de quoi parader fièrement, prêt.e.s à repousser les limites de demain.

ECOLOGIK

Photographies : © Maxime Louis-Courcier, © Christopher Barraja / Marie-Marie Dutour, © Simón Ballen, © Arseni Khamzin, © Florence Marchal

Liens : [Blog de Maxime Louis-Courcier (https://maximelouis.com/) [Blog de Marie-Marie Dutour(https://www.mariemariedutour.com/) [Blog de Simón Ballen (https://www.simonballen.com/) [Blog de Leila Desrosiers et Charlotte Barbeau Desjardins (https://barbeaudesrosiers.com/)